Tuto 02 « Au secours ! » – J’ai confié toutes mes économies à l’inspecteur Godillot, que faire ?

Cette fois, vous commencez à vous inquiéter. Dix jours que ce type étrange au chapeau, ce Godillot, vous a délesté des cinq cents billets verts que vous gardiez jusque là bien au chaud sous votre matelas. Dix jours sans nouvelles. Il vous avait pourtant promis, le Godillot, de vous ramener Grisette saine et sauve avant trois jours. Depuis, plus rien. À croire qu’il a filé à l’anglaise.

C’est là que vous venez me voir, tout penauds, tout honteux. Je vous entends d’ici. « Il m’a volé mon argent, m’sieur », que vous allez chouiner, « et même que j’ai jamais revu l’ombre de ma gerbille ! ». Pour un peu, vous ajouteriez « au voleur ! », puis toutes ces choses criardes, pénibles et, il faut bien l’admettre, parfaitement inutiles. « Comment que j’peux récupérer mon fric ? » n’oublierez-vous pas de conclure. « Comment, m’sieur Nicolas ? »

*Soupir*

Bon. D’abord, je me dois d’être honnête avec vous. C’était complètement con de débourser cinq cents billets pour une gerbille. Votre papa avait raison, le jour où vous l’avez ramenée de l’animalerie. « Et t’as payé pour ça ? » avait-il gueulé en tapant du poing sur la table. « Le chat l’aura bouffée en deux semaines, du beau gaspillage, ça oui! » Vous aviez pleuré, à l’époque. C’était pourtant vrai. Selon une étude récente commanditée par la NSA, si une gerbille vous coûte plus de cinq euros du début à la fin de son existence, c’est que l’investissement était foireux. Là, on parle de cinq cents euros. Le nombre cinq cents. D’autant que le fin mot de l’histoire, vous le connaissez : dans deux mois, vous retrouverez un petit squelette de rongeur derrière le canapé.

C’était bien le chat, en fin de compte.

Il y a autre chose que je dois vous dire, rapport à l’argent. Les honoraires de Godillot, vous ne les retrouverez jamais. Jamais. Il est déjà loin, à l’heure où vous vous lamentez sur votre sort, et quand je dis loin, je parle pas des Maldives. Je parle de longueur temporelle. 1850 ou 2250, je n’en sais rien, mais une chose est certaine, il a glissé dans la faille. Un bon conseil : faites donc le deuil de vos billets, payez-vous une petite mousse pour digérer l’injustice. Ah non, j’oubliais : vous n’avez plus d’argent. C’était d’ailleurs ça, le problème.

Pour les cinq cents euros, donc, c’est foutu. De mon côté, je ne peux que vous proposer un tuto, un gentil tuto, pour vous éviter de tomber à nouveau dans le piège. Suivant ma grande expérience de la charlatanerie (mentaliste de père en fils, eh ouais), je me propose de lister les indices qui doivent, si vous les vérifiez, vous mettre la puce à l’oreille.

Nous poserons la questions suivante : Comment reconnaître un vrai détective d’un bras cassé ?
Sujet type : Martial Godillot, inspecteur miraculé du concours de la police, détective à ses heures perdues (et il en a beaucoup depuis qu’il est perdu dans le temps), incompétent notoire.

Indice n°1 : il a la tête de l’emploi
Parce que qu’un type qui ressemble trop à un détective est trop beau pour être honnête. Le chapeau, le pardessus beige, l’air sombre… En réalité, cet attirail sert davantage à camoufler l’incompétence de son propriétaire qu’à asseoir son véritable statut. L’habit ne fait pas le moine, comme on dit. Tenez, Brice de Nice, tout le monde le prenait pour un surfer, pas vrai ? Que dalle ! Et Derrick, hein ? Vous vous en souvenez, de Derrick ? Toute la panoplie de l’inspecteur, des pieds à la tête ! Et il a fini comment, Derrick ? Déshonoré par son passé de SS ! Si c’est pas la preuve de ma démonstration, je vois pas. CQFD etc.

derrick

Indice n°2 : il tombe amoureux de vous après deux jours d’enquête
Ça non plus, ça n’est pas bon signe. Un détective qui tente de séduire ses clientes est, généralement, à éviter. Encore plus s’il tombe raide dingue de la victime et tire des plans sur la comète, à base de mariage et de ribambelle de marmots. Pensez à James Bond, le plus célèbre des agents secrets. Il sert tout ce qui bouge, 007, mais jamais il ne tombe amoureux. Godillot, c’est l’inverse : il ne conclut jamais mais, amoureux transi,  tombe raide dingue des jeunes femmes qui traversent sa vie. Un détective doit être froid, souvenez-vous-en. Froid et insensible aux charmes de la gent féminine. Masculine aussi, ça va sans dire.

Indice n°3 : Ses quinze derniers clients sont en procès contre lui
Parce que ça paraît logique, mais que ça ne l’est pas tant que ça. Il y a encore des types pour faire appel au pire plombier du monde, même quand celui-ci fait chaque semaine la Une de Sans aucun doute et que Julien Courbet le somme de rendre les 200 000 euros qu’il a extirpés à ses derniers clients. Parce qu’il y a encore des types pour aller faire une intoxication alimentaire chez l’italien du coin, alors que le restaurant a récolté une étoile de moyenne et 245 menaces de mort sur TripAdvisor. Un détective qui a déjà déçu vingt fois décevra une vingt-et-unième fois, c’est mathématique, à moins d’un miracle. Mais êtes-vous vraiment prêt à parier sur un miracle, quand on parle de Grisette ?

Indice n°4 : son CV est incompréhensible
Un stage de sauveteur de chatons égarés, un CDD de secrétaire en brigade des stups, six mois de chômage… Il est des CV qui vous paraissent plus fumeux que les autres. Celui de Godillot l’est encore plus. Pas moyen de donner un sens à son foutu parcours : est-il pompier volontaire ou membre du GIGN ? Personne ne le sait vraiment, et c’est probable que lui-même laisse planer le doute sur ses véritables activités pour passer entre les mailles du filet… À fuir absolument.

Indice n°5 : il vous promet le retour de l’être aimé
Et la fin de vos problèmes d’impuissance. N’insistez pas, vous vous êtes simplement trompé de porte.

Indice n°6 : il a lui-même souscrit à une formule « retour de l’être aimé »
Oui, Godillot est le genre de type à se faire avoir par ses collègues de l’indice n°5. Le genre à se faire vacciner contre la grippe, en somme. Trois fois. D’ailleurs, les honoraires que vous payez pour ses services sont en grande partie absorbés par ce n°5. C’est-à-dire que lui-même ne parvient pas à déceler l’arnaque, pourtant principe premier de son métier. Vous feriez confiance à un chien de chasse incapable de lever un lièvre galopant gaiement juste sous son nez ? Moi non plus.

Indice n°7 : il est instable, temporellement parlant
Parce que l’inspecteur Godillot, en plus d’être incompétent, a la fâcheuse manie de disparaître dans les méandres du temps dès que vous vous en rendez compte (de son incompétence). Et ça, c’est plutôt mauvais pour fidéliser la clientèle.

Alors à l’avenir, faites pas les cons. Surtout pour une gerbille. Et puis lisez Godillot, l’intemporel, tiens, ça mange pas de pain (mais ça paye le mien !).

inspector-gadget-gadget

 

À tous ceux qui ne savent pas bien à quoi ça ressemble, une gerbille, je vous offre ce visuel Google. Je découvre avec vous l’animal.

gerbille_1133_1La vache, c’est quand même mignon, cette saloperie. Je m’en veux un peu, du coup.

Advertisements

2 réflexions sur “Tuto 02 « Au secours ! » – J’ai confié toutes mes économies à l’inspecteur Godillot, que faire ?

    • Harcèlement de chat en bande organisée, ça me paraît difficile à défendre, surtout à notre époque où les chatons mignons ont tous les droits. Godillot dirait probablement que les gerbilles l’ont bien cherché, ça lui éviterait de consacrer du temps à une enquête qu’il ne résoudrait pas, de toute façon.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s